Haut Laos de Hue Xai à Luang Prabang

  •  
  •  
  •  
  •  

Nous étions pressés de vous raconter notre très cool trek mais il faut maintenant revenir en arrière…

Nous sommes arrivés au Laos le 24 fevrier. Nous avons traversé la frontière depuis la Thailande au niveau du fameux Triangle d’or. La Birmanie était toute proche. Un pont a été construit entre les deux rives du mythique Mekong. Un pont qui ressemble à un no mans land. Rien avant, rien après, rien dessus. Des deux cotés les villes frontalières se trouvent à 10km. C’est malin, ça force le visiteur à payer le tuk tuk des deux côtés.

La traversée se fait sans encombre, cela n’a même pas été long.

Nous sommes au Laos et la première chose notable est l’absence de marchés. Cette vie grouillante qu’on a tant appréciée en Thailande a disparue. Ici les étals sont à même le sol et il y a peu de diversité dans les produits. La nourriture reste cependant bonne.

La route en bateau au milieu des villages

Nous quittons la ville frontière pour le Nord Ouest. La route se fera en bateau pendant deux jours. On vous conseille vraiment cette solution si vous voulez faire du bateau. La majorité, c’est à dire quasiment tous les touristes vont vers Luang Prabang en bateau. C’est complètement saturé.

Nous voilà donc en train de remonter la Nam Tha et de prendre notre premier bain au milieu des montagnes recouvertes d’une jungle épaisse.

Le soir, nous dormons dans un village de pêcheurs où les enfants font le liant entre les adultes et nous. Une joyeuse ambiance où l’on joue à s’envoyer des avions de papier. La nourriture est excellente et plus que copieuse (dès qu’un plat est vide, on le voit se remplir à nouveau). Enfin, on sort dans la nuit vraiment noire et on observe un ciel pur.

C’est ensuite l’arrivée à Luang Namtha 10min avant le départ du bus pour Muang Sing. Une aubaine. Seulement, à arriver les derniers on récolte les dernières places. C’est à dire au milieu de l’allée sur des petites chaises en plastique pour enfants. La route est mauvaise et l’on est balloté dans tous les sens. Atention, on ne se plaint pas, on décrit. C’est certainement la leçon la plus facile à comprendre et pourtant très importante depuis le début de notre voyage. Ici, personne ne se plaint peu importe la situation dans laquelle il se trouve. Clairement, cela rend la vie plus légère.

Un accident…

Nous avons également assisté à notre premier accident. Une collision entre deux scooteurs, quatre jeunes. Tout le monde a crié dans le bus mais celui-ci ne s’est pas arrêté. D’autres personnes sont vite arrivées sur place. Les spasmes, l’absence de mouvement des corps en dehors des spasmes incontrolés était choquante. On ne sait ce qu’il est advenu par la suite. On se rassure en se disant que la vitesse était faible.

Le retour à une des réalités du pays a été douloureux. Que penser, que dire, que faire? Ici l’espérance de vie est de 56 ans.

Nous avons ensuite vécu une soirée à l’opposé de cet événement, puisqu’elle fut festive, joyeuse, enivrante.

On a été invité à un mariage !  

Avec nos compagnons de route, nous marchons dans la nuit en direction des lumières et de la très forte musique. On pense à un nightclub. On est curieux. C’est finalement devant la maison d’un particulier que l’on se retrouve. C’est une fête de mariage. Certainement le 2eme jour puisqu’il n’y a que des jeunes. Nous sommes invités. On nous offre á boire et à manger. On reste… Ici la bière se boit cul sec. Le verre ne reste vide que peu de temps. On nous force (un peu)à aller danser. Il s’agit plutôt de sauter. « jump, jump, jump » Un chanteur est là avec une affreuse boite à rythmes. Il est de tous les registres, du moment que cela fait beaucoup de bruit. Voilà donc la Lao-pop! Le contraste est saisissant entre les tenues traditionnelles des filles et leur déhanché de boite de nuit bien actuel.

Ensuite on chante des chansons en tapant sur les tables et dans nos mains.

On s’en va dans la nuit toujours vraiment noire. Il faut dire qu’il se fait tard… 21h ! Eh oui, le couvre feu est sévère alors les fêtes commencent tôt.

Le lendemain, nous avons croisé plusieurs personnes, tout sourire et très avenantes.Impossible pour nous cependant de reconnaître ceux avec qui nous étions à la noce la veille !

D’autres images, de Luang Prabang cette fois :

Eve

du 24 février au 10 mars 2014

Evetmatt Jaiuneouverture

Bienvenue sur ce site pétri de nos mains avec un peu de levain, de connexion cyclothymique, et d'amour. Enfants du pays du canard, mariés et Parisiens pendant 7 ans, nous avons quitté femmes et enfants il y a un an pour faire tel Spoutnik le tour de la terre. On n'est pas encore sur orbite, mais on est contents quand même. Et on vous le partage ici ! Eve et Matthieu

4 commentaires

  1. Le Laos, un rêve pour moi, une chance de l´avoir visité!

    • On est en train doucement de mesurer la chance d’être si libres, et de vivre tant de découvertes, oui. Le Laos était aussi un rêve pour Eve. Et c’est vrai que c’est encore un pays sauvage, authentique.

  2. Salut,
    Un condensé de vie en somme, voir défiler le quotidien, on se déplace, on se convulse on fait la fête. Et puis on fait la fête, on se déplace on se convulse.Et puis on recommence, mais le maître mot : »on ne se plaint pas ».
    56 ans d’espérance, alors, je suis déjà mort.
    Bien vu Cocotte.
    Biz à vous.

  3. Ping :Nager avec des tortues - Balicasag - Philippines

Laisser votre commentaire ici