Melbourne n’est pas une ville proprette et fade

  •  
  •  
  •  
  •  

On aurait pu penser que Melbourne, la deuxième plus grande ville australienne après Sydney, serait une ville neuve, moderne et sans aspérité. Pas du tout.

Melbourne n'est pas une ville proprette et fade - Tour du Monde - Jaiuneouverture (52) copy

En Afrique du Sud et en Namibie, on a souffert de ces villes et des villages sur lesquels ont été apposés les schémas urbains occidentaux. Ce calque de ville sur des cultures africaines, ca a donné des villes, franchement un peu voire très moches. Je me rappelle de Betanien en Namibie, du Port Saint Johns en Afrique du Sud, du centre de Pretoria. Si les paysages, la nature sont belles, les villes n’ont pas souvent de charme ou de réelle identité.

Une ville confortable

Quand nous sommes arrivés à Adélaide et donc ici à Melbourne, on était tout contents. A Melbourne, notre première sensation en voiture a été bonne. On était sur un grand axe de circulation, au milieu de grands buildings, mais à proximité de très grands parcs. Il faisait chaud mais le vent était bon. On passe sur la Batman Avenue, au dessus de la rivière Yarra, devant la Rod Lever Arena. Un endroit sympa pour les amateurs de tennis puisque c’est là que se joue l’Open d’Australie.

Pas de klaxons, pas de fumée noire des pots d’échappement, la ville sympa.

On était logé à 2 kilomètres du centre, dans un quartier sympa, avec ses maisons victoriennes et ses quelques bars.

Pour rejoindre le cœur de la ville, on passait devant un marché victorien avec des étals de légumes, des petits stands d’hamburgers, de salades végétariennes. Et déjà ses myriades de petits commerces et boui-bouis asiatiques.

Ici, nous nous sommes sentis parfois en Asie, à Bangkok. On regardait autour de nous, et on ne voyait parfois que des faciès asiatiques. C’était une sensation sympa.

Nouveau aussi dans notre mode de vie : nous sommes en ville, la nuit, et nous pouvons nous balader tranquillement. Et franchement, ça fait un bien fou… Quand j’y pense, je plains les Sud-Africains qui doivent rester terrés chez eux ou dans des lieux publics sécurisés le soir

Un beau bazar

Melbourne a un côté bazar. Des superbes architectures victoriennes sur lesquelles s’enchevêtrent des buildings, des années 70, et des bâtiments très modernes.

Au milieu, coule la rivière Yarra, et on y voit des équipes d’avirons dont les entraîneurs pédalent à vélo sur la berge en donnant les instructions dans un mégaphone. La vue de cette rivière sur la ville et ses couches colorées et emmêlées de batîments est cool. C’est le début du printemps ici et pourtant en France, on se croirait en plein été. C’est bonne ambiance sur les quais. C’est vraiment sympa.

Des musiciens à tous les coins de rue

En ville, sur l’avenue principale bordée de grands bâtiments, passent la tram et les piétons. Nous avons été impressionnés par l’influence de la musique. Ici comme à Adelaïde, beaucoup de personnes jouent dans la rue. C’est un petit boulot comme un autre, et ça crée une atmosphère conviviale. La liberté de jouer dans la rue doit augmenter le niveau général, car ils sont bons… J’avais croisé dans un magnifique magasin – un vieux bâtiments en brique avec longue cheminée – englobé dans une structure moderne, un gars style cool et un peu punk. On le retrouve dans la rue, devant un piano. Il est très fort, et sa musique attire plein de gens.

Une ville connue pour son street art

A quelques mètres de là, on passe dans une toute petite rue avec des tags partout. On voit un graffeur. Ici, graffer est toléré. On verra pas mal de street art à Melbourne pendant notre séjour.

Un port moderne et beau

Et puis, à Melbourne, il y a la baie. Un port qui me fait penser à Cockle Bay Wharf à Sydney. Un lieu ouvert, bleu, vert, proche de l’eau, moderne, et beau. Un stade original et immense donne sur la baie. C’est neuf, mais c’est nouveau, original.

Melbourne mélange plein de choses, des styles, des origines, des architectures. Et on a trouvé ça vraiment agréable et beau.

Matt

Du 4 au 8 Octobre 2014

 

Evetmatt Jaiuneouverture

Bienvenue sur ce site pétri de nos mains avec un peu de levain, de connexion cyclothymique, et d'amour. Enfants du pays du canard, mariés et Parisiens pendant 7 ans, nous avons quitté femmes et enfants il y a un an pour faire tel Spoutnik le tour de la terre. On n'est pas encore sur orbite, mais on est contents quand même. Et on vous le partage ici ! Eve et Matthieu

Un commentaire

  1. Bien écrit et de belles photos … et si on partageait ?? 😉

Laisser votre commentaire ici