Graines de Bitume, une magnifique association

  •  
  •  
  •  
  •  

Graines de Bitume, c’est une association franco-malgache basée à Antananarivo à Madagascar et nous venons d’y passer une semaine. Et nous avons été épatés.

Nous avons été épatés, contents de voir cette si belle assos.

Des enfants en situation de rue

Graines de Bitume s’occupe des enfants en « situation de rue ». Par situation de rue, l’assos entend plusieurs choses. L’enfant est déscolarisé ou en risque de descolarisation. Sa famille n’a pas d’habitat fixe ou vit dans un habitat précaire. Enfin, la famille est mono-parentale, ou les parents sont alcooliques, violents.

« Graines », le diminutif utilisé par tous les gens de l’association, intervient alors sur plusieurs domaines : l’éducation, le périscolaire, la santé/hygiène et la formation professionnelle.

La précision de ces critères et de ces domaines d’intervention est tout un symbole de la magnifique et profonde réflexion qui est faite autour de l’enfant.

Nous avons pu partager assez longuement avec Marie-Cecile qui est la coordinatrice française de Graines de Bitume et à ce titre gère les deux centres et les 27 employés malgaches.

Dans l’accompagnement, pas la substitution

Je retiens un mot fort des phrases de Marie-Cecile : accompagnateur. Graines de Bitume accompagne et ne se substitue à personne. Aujourd’hui elle accompagne 270 enfants par an.

Graines intervient sur l’éducation, puisque l’association rescolarise l’enfant et prend en charge le coût de l’école.  L’école à Madagascar ne se déroulant que sur une demi journée quotidiennement, les instituteurs de Graines de Bitume donnent des cours aux élèves l’après-midi. Pour les plus âgés, des cours de remise à niveau sont dispensés, des formations professionnelles financées pour soutenir ces jeunes dans l’insertion sur le marché du travail.

L’association ne se substitue donc pas à l’école mais la soutient et la complète.

Niveau périscolaire, les éducateurs malgaches de l’association, des personnes très compétentes,  animent des ateliers de musique, de théâtre, de sport, de slam. L’année dernière, un petit de l’asso a gagné un concours national de slam.

Sur la santé et l’hygiène, un docteur est présent sur les centres pour soigner les enfants et se déplace aussi pour donner les soins. Les frais médicaux sont pris en charge par l’association. Aussi, chaque enfant qui va venir passer une demi – journée sur le centre prendra toujours un repas. Un repas pensé, qui remplit 72 % des besoins nutritifs quotidiens de l’enfant.

Graines se veut donc un accompagnateur mais ne prend ni la place de l’école, ni surtout celle des parents. Au départ,  les éducateurs qui identifient les enfants dans les quartiers lancent une vraie relation avec les parents. Ils expliquent le projet de l’association, demandent leur aval. Ensuite, les parents sont reçus régulièrement par les assistantes sociales de l’association pour parler et suivre ensemble l’évolution de l’enfant. Un geste fort et symbolique : pour ces familles qui vivent avec moins de 3000 Ariarys (1 euro) par jour, il leur est demandé de donner 5000 Ariarys par enfant par an. Une somme, parfois versée à coups de 500 Ariarys, mais qui fait la fierté des parents et symbolise leur rôle dans l’éducation de leur enfant.

L’accompagnement donné par Graines n’est pas à la carte. L’enfant est suivi. Assistantes sociales et éducateurs évaluent régulièrement le developpement de l’enfant sur plusieurs critères : son hygiène,  son attitude, son poids. L’association demande à chaque école les résultats des enfants.

Un cadre pour les enfants

Graines donne un vrai cadre aux enfants. Un cadre, c’est le mot que les enfants utilisent le plus lorsqu’on leur demande ce que leur a apporté Graines.

Et ces enfants, ici sont heureux. Il faut voir combien ils rient, échangent et prolongent souvent leur demi – journée dans le centre. Ca se voit, ils sont fiers dans le quartier de passer le portail de Graines.

Nous avons été épatés. Vraiment.

Cette assos est financée par des structures publiques, des fondations privées et des dons privés. Les dons souvent similaires d’année en année ne couvrent plus des coûts qui eux augmentent au rythme d’une inflation de 10% annuellement à Madagascar.

Si vous avez des envies de don utiles et bien utilisés, cette asso est vraiment une garantie. Ils font vraiment un très beau travail.

Pour plus d’infos, le très bon site de Graines de Bitume

Matthieu

 

 

Evetmatt Jaiuneouverture

Bienvenue sur ce site pétri de nos mains avec un peu de levain, de connexion cyclothymique, et d'amour. Enfants du pays du canard, mariés et Parisiens pendant 7 ans, nous avons quitté femmes et enfants il y a un an pour faire tel Spoutnik le tour de la terre. On n'est pas encore sur orbite, mais on est contents quand même. Et on vous le partage ici ! Eve et Matthieu

2 commentaires

  1. Ping :2 mois sur la Grande Île - Notre film sur Madagascar

  2. Ping :Nos photos de Madagascar

Laisser votre commentaire ici