Mayas cosmiques

  •  
  •  
  •  
  •  

De Juan qui nous parlait de ses croyances, aux différents sites que nous avons visités, on a bien compris que les Mayas étaient en « connexion ». Terre, eau, inframonde, ciel, dieux… Mayas cosmiques !

Sur tous les sites que nous avons visités, les Mayas ont construit des édifices grandioses, voués aux Dieux, connectés à la nature. Des bâtiments qui tirent vers le ciel, dans des dimensions imposantes, et des principes d’architectures cosmiques.

Le nombre de marches, d’étages, de panneaux de glyphes a rapport avec le calendrier maya. Rien ne se veut seulement esthétique. Tout a un sens qui s’englobe dans l’idée que les Mayas ont des dieux et de leur monde. Et ça se sent.

Uxmal mon chouchou

J’ai vraiment aimé Uxmal. Et bonus, ce site n’est pas connu, il est loin des circuits touristiques, et de l’ambiance Yucatan, gloire et beauté ! 🙂

L’entrée se fait devant un temple qui n’en finit pas de monter vers le ciel. La place centrale encadrée par des édifices surélevés mais assez bas, crée l’impression d’un espace solennel, aux perspectives parfaites. Les reliefs des façades dans un style pucc qui manie masques et formes géométriques renforçe cette impression d’un espace parfait, dont toutes les formes et lignes répondent à une cohérence esthétique et spatiale.

En gros, dans un lieu pareil, tu sens qu’il y a eu des cérémonies incroyables, que c’est un lieu fait pour des choses mystiques, cosmiques !

Deux temples plus haut sur le site sont eux aussi très allongés, et assez bas. Posés au milieu de la nature, mais en hauteur, ces bâtiments dominent le site. A nouveau, ce site me donnait l’impression d’évoluer dans un cadre aux proportions, aux jeux de hauteurs et de dimensions très bien pensées.

Chichen Itza sans âme

Si Chichen Itza est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il m’a moins touché. Quantité de touristes, vendeurs ambulants partout, une nature condamnée aux chemins de passage. Mais que ce soit la pyramide centrale, le jeu de pelote, ou les reliefs puuc, ils en imposent.

Car oui, le jeu de pelote. Une institution…mortelle. Tous les garçons ont fait le match avec leurs camarades d’écoles. On aime bien rejouer un France-Italie avec les correspondants au lycée… Mais les Mayas eux, rajoutaient du piment : aux vaincus, la mort ! Sur un terrain bordé de tribunes, on s’envoie un ballon, une pelote qu’on fait rebondir sur différentes parties du corps. Le but est de faire passer le ballon dans un anneau de pierre posé sur un mur…

Tulum, sea, sex and sun

Et j’ai aimé le site de Tulum (pour plus d’infos, la page wiki ici). Le seul site qui faisait face à la mer, était rempli d’iguanes. Petits, gros, vieux, énormes, se prélassaient dans la pelouse grillée et crapahutaient sur les ruines. Les palmiers au milieu de ces colonnes me rappelaient les sites romains de Tunisie. Ces couleurs jaunes, grises et vertes, brûlées par le soleil, donnaient une impression sableuse, rocailleuse au coucher du soleil, balayée des vents de la mer. J’ai aimé cette balade, longer les Caraïbes, et me retourner vers ces morceaux de temples depuis lesquels les Mayas ont vu arriver les Conquistadors espagnols au 15ème siècle.

Alors, envie de vous prendre un petit hôtel et visiter Tulum ? C’est ici !

Matthieu

Evetmatt Jaiuneouverture

Bienvenue sur ce site pétri de nos mains avec un peu de levain, de connexion cyclothymique, et d'amour. Enfants du pays du canard, mariés et Parisiens pendant 7 ans, nous avons quitté femmes et enfants il y a un an pour faire tel Spoutnik le tour de la terre. On n'est pas encore sur orbite, mais on est contents quand même. Et on vous le partage ici ! Eve et Matthieu

Laisser votre commentaire ici